top of page

Les commotions cérébrales

Les commotions cérébrales peuvent sembler être un problème mineur, mais elles sont en fait une blessure grave qui peut causer des effets à long terme. Selon l'Institut national de santé publique du Québec, environ 20 000 commotions cérébrales sont diagnostiquées chaque année dans la province. Cela représente une moyenne de 55 commotions cérébrales par jour, ce qui met en évidence l'importance de mieux comprendre cette blessure pour mieux la prévenir et la traiter.


Les commotions cérébrales peuvent affecter tous les âges et toutes les activités, qu'il s'agisse de sports de contact, de loisirs ou de situations quotidiennes telles que des accidents de voiture ou des chutes. Voici 5 faits intéressants sur le sujet :

Fait no 1 : Il ne faut pas nécessairement un coup direct à la tête pour provoquer une commotion cérébrale. En fait, ce sont plus souvent les forces d'accélération et de décélération soudaines, telles que les forces de freinage brusques, qui font bouger le cerveau à l'intérieur du crâne et entraînent une lésion cérébrale. Cela peut se produire à la suite d'une chute ou d'un accident de voiture, par exemple, sans que la tête ne heurte une surface dure.


Fait no 2 : Il n'est pas nécessaire de perdre connaissance pour confirmer qu'une commotion cérébrale s'est produite ; en fait, c'est assez rare. C'est un fait bien reconnu dans la population. Il arrive souvent que les parents n'aient pas soupçonner que leur enfant ai fait une commotion cérébrale s'ils n'ont pas perdu connaissance après l'incident.


Fait no 3 : Les symptômes d'une commotion cérébrale peuvent mettre jusqu'à trois jours à apparaître. Ce n'est pas parce qu'il n'y a aucun symptôme immédiatement après un incident qu'il ne s'agit pas d'une commotion cérébrale ; parfois cela peut prendre jusqu'à 72 heures. Il est donc important de rester attentif pendant plusieurs jours après un incident ayant pu causer une commotion cérébrale.


Fait no 4 : Les symptômes qui peuvent survenir après une commotion cérébrale peuvent varier considérablement d'une personne à l'autre. Cependant, les symptômes les plus courants incluent :


- Maux de tête

- Vertiges

- Sensibilité à la lumière ou au bruit

- Difficulté de concentration

- Fatigue

- Difficulté à gérer ses émotions ou réactions émotionnelles excessives ou plus intenses

que d'habitude.


Fait no 5 : La stratégie à adopter si vous soupçonnez une commotion cérébrale est de vous reposer dans les 48 premières heures suivant l'incident. Vous souhaitez éteindre le cerveau pendant cette période, évitez donc toute stimulation visuelle ou cognitive excessive. Cependant, par la suite, il est important de se réexposer progressivement à différents stimuli. Il est important de suivre un protocole de retour aux activités.

Pour vous aider à gérer la situation, il est recommandé de consulter 1) votre médecin de famille et 2) un physiothérapeute qui se spécialise ou a au moins une expertise dans la gestion des commotions cérébrales. Ainsi, il sera possible d'établir des stratégies personnalisées et adaptées à votre propre fonction.



Si vous voulez en savoir plus ou si vous pensez avoir une commotion cérébrale, prenez rendez-vous dès maintenant avec l'une de nos physiothérapeutes!


7 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page